Comment réussir le Nanowrimo ?

facebook_cover

Comme vous le savez peut-être, le Nanowrimo (National Novel Writing Month) est une sorte de défi d’écriture plus si « national » que ça, puisqu’il comportait en 2015 351,489 participants 🙂

Ça fait beaucoup, sauf que le nombre de gagnants s’élève à seulement 40,423 !
Pourquoi juste 12% de vainqueurs ? Pour avoir de bonnes stats, il faudrait qu’on compte uniquement le nombre de participants qui se sont inscrits ET qui on véritablement participé, ça doit déjà pas mal changer ce pourcentage, ne paniquons pas trop. Mais quand bien même, beaucoup de participants échouent, voyons donc comment ne pas faire parti de ces 12% !

plaDans ce concours devenu une vraie petite communauté avec son vocabulaire propre (lexique en fin de page), il existe deux types de « wrimos »* : les « plansters » et les « planners », c’est à dire les gens qui y vont à l’instinct, et les gens qui préparent tout à l’avance.
S’il est vrai que la méthode « on y va au feeling » peut marcher pour certaines personnes, en règle générale c’est elle la cause d’échec qui ressort de la plupart des témoignages de gens n’ayant pas réussi à atteindre leur objectif lors du nano.
Parce que la plupart des personnes ont besoin d’organisation, de cadre, et je sens qu’on dirait une vieille mère parler mais c’est pourtant vrai :mrgreen:
Pour beaucoup c’est barbant de faire des plans, on a peur de changer d’avis et d’avoir fait tout cet exercice pour rien, je le comprends. Mais c’est difficile de tenir une discipline comme celle qu’exige le nano sans y être habitué, 1667 mots par jour, c’est pas rien 🙂

Cet article s’adresse donc aux personnes souhaitant participer au nanowrimo et à qui la méthode « panster » ne réussit pas, mais qui ne savent pas par quoi commencer pour trouver une organisation efficace durant les trente prochains jours.
Je vais débuter mon quatrième nanowrimo réussi, je pense donc que ma méthode n’est pas mauvaise et qu’elle peut vous servir, alors je vous la partage et vous souhaite une bonne lecture 😀


~Comment réussir le Nanowrimo~

nanowrimo

Se mettre dans de bonnes conditions : s’organiser avec des outils

Déjà, afin de se motiver et ne pas malencontreusement oublier le nano ( :mrgreen: ), je télécharge un fond d’écran / calendrier spécial nano dont voici une sélection ici. Personnellement j’en choisis toujours un avec des petits mots d’humour ou de motivation écrits chaque jour, ça booste ! J’ai pris celui ci cette année 🙂
Je met également des choses sur le nanowrimo dans mon bullet journal comme des trackers, des boîtes à idées, des encouragements…
Ensuite, j’installe et je mets en place tout ce qui va m’être directement utile :
J’utilise Scrivener, c’est un logiciel payant mais il existe une démo faite pour les wrimos (ici) qui vous durera jusqu’au 7 décembre, histoire d’être bien et d’en profiter.
Si vous gagnez le nano vous aurez une remise de -50 % pour l’acheter (et ça vaut le coup un super logiciel comme ça pour juste 40 €). Scrivener est créé pour les écrivains, donc il comporte tout ce dont vous avez besoin voir plus (sauf peut-être une fonctionnalité pour se créer des plans sympa, mais on va y venir), je vous présente une petite vision d’ensemble de ma façon de l’utiliser, parce qu’on peut être un peu perdu au début 🙂

Voilà ci-dessous le tableau de bord, où vous avez une vue d’ensemble sur le tableau de liège de vos textes sélectionnés dans la colonne de gauche, ici : manuscrit.
Dans cette colonne, il y a tous les fichiers que vous avez créés, bien rangés.
Comme on peut le voir sous le dossier Chapitre 1, je crée des petites notes de chaque scène du chapitre, afin d’en avoir une vue rapide sans tout relire. Ça peut paraître optionnel, mais c’est über utile quand vous arrivez à un certain nombre de chapitres et que vous avez oublié tout ce que vous avez pu écrire 😉
On voit donc la boîte à idée (icône ampoule), les scènes (en dessous de manuscrit), les dossiers de chapitre (dossiers bleus), et les dossiers de recherche en dessous (personnages, lieux…). Tout est organisé, ça facilite la vie et ça fait gagner du temps, sans oublier que cette organisation externe de votre projet permet une organisation interne, dans la narration, de votre roman : adieu les incohérences et oublis !
scrivener1Ouvrons la boîte à idées. Ici je place les choses qui doivent rester dans ma tête pendant que j’écris, des citations inspirantes, des techniques d’écritures, des idées, des choses à développer plus tard, un récapitulatif de l’avancée de certaines sous-intrigues…
J’ai flouté les notes qui dévoilent mon histoire mais vous pouvez voir par exemple une liste de verbes qui remplacent les rébarbatifs « dire / crier / répondre… », ce qui aide beaucoup à rendre les dialogues plus riches. Ou encore mon objectif d’écriture (le point de vue du narrateur, des exemples d’histoires qui ont le style que je souhaite rendre, la technique des scènes -j’y revient plus bas-…)
La boîte à idée, c’est le tableau avec plein de post-its que vous avez sur le votre table…en mieux rangé :mrgreen:
scrivener2

Dans la colonne de gauche, on avait aperçu la partie recherche, voyons ça de plus près. Voilà comment j’organise mes dossiers de personnages : une citation qui le représente lui ou son destin dans l’histoire, des images qui m’inspirent des scènes / son physique à garder en tête / une ambiance, et une fiche de personnage.
scrivener3

Mes fiches de personnage ressemblent à ça. Une fiche est assez dense (elle fait quelques pages) et reprend tout ce que je dois garder à l’esprit à propos de mon perso : physique, personnalité, ambitions, rêves, qualités, défauts, relations, statut social, famille, cours préférés/détestés, habits, tics, habitudes, façon de parler, niveau intellectuel… (J’écris avec un fond marron pour pas me péter les yeux, mais le fond par défaut est évidemment blanc, soyez sans crainte 🙂 )
scrivener4

Ensuite, j’ai le dossier dédié aux lieux. J’y place des images des endroits importants de l’histoire, que ce soit pour avoir une image mentale d’une pièce, une ambiance, ou un plan détaillé (et pour HP vous imaginez pas comme c’est chiant :cretin: j’ai les plans des 7 étages du château !)
scrivener5

Ce qui est fort pratique, c’est qu’on peut séparer l’écran pour justement écrire avec une image à côté. Vous voyez le bouton bleu avec un « i » tout en haut à droite ? En dessous, il y a dans la ligne bleu deux petites icônes carrés : c’est elles qui vous permettent de séparer l’écran à l’horizontale ou à la verticale et de voir plusieurs fichiers en même temps. Ici, par exemple, on peut placer à gauche l’image d’ambiance d’une forêt, et écrire une scène se passant dans la forêt interdite 🙂 C’est très utile pour garder une ambiance et un ton en tête !
scrivener6

Et enfin, voilà le dossier recherche au sens strict, où j’ai des fichiers pour chaque chose importante de l’univers dans lequel j’écris. Voici une base d’inspiration à adapter à votre histoire : ici pour Harry Potter j’ai mis une liste de sorts, de plantes magiques, de potions, d’ingrédients, de cours (avec les programmes pour chaque année et professeur), la liste de tous les professeurs de l’histoire, l’emploi du temps, et le calendrier/plan de l’Ordre du Phénix !
Tout est à portée de main, ça évite de passer des heures à chercher sur internet à chaque fois qu’on sait pas quelle potion faire brasser à ces pauvres élèves 😆
scrivener7


Voilà, j’espère que ça vous aura permis de voir à quel point ce logiciel est super cool, et il existe plein de démonstrations beaucoup plus poussées sur youtube 😉

 

6b1e8d65218393c44bd26079dba4b9c9
JotterPad

J’utilise également JotterPad pour écrire sur mon téléphone quand je ne suis pas chez moi (appli). C’est une appli assez simple mais suffisante pour écrire à l’extérieur, beaucoup plus pratique que les blocs notes de téléphones, et disposant d’une possibilité d’écrire sur fond noir pour protéger vos petits yeux !

Mais quand je n’arrive pas à écrire, que j’ai une panne ou que j’ai « peur » de m’y mettre, je quitte Scrivener et je pars écrire un moment sur Noisli.

noisli-combos
Noisli

C’est un petit site de traitement de texte tout con : vous choisissez des sons d’ambiance (pluie, cheminée, vent, forêt…) et la page où vous écrivez possède un fond coloré qui change doucement d’une couleur à l’autre. C’est très utile pour rester concentré, et le changement de couleur permet d’éviter :
* la peur de la page blanche, j’vous jure que ça marche.
* de se perdre dans ses pensées sans écrire.
C’est un site accessible 🙂

Après avoir mis en place tout ça, je prépare un calendrier/tracker excel compteur de mots pour le mois, comme celui-ci par exemple :

30126710376_20c3760c8f_z
Lien ici

Ce qui permet de ne pas s’embrouiller dans ses mots (ça arrive souvent), et d’avoir une vue d’ensemble de la tâche à accomplir : on a la date, les mots écrits au jour le jour, le calcul cumulé, les mots restants, et le nombre de jours qu’il vous faut si vous continuez à votre allure 😛

 

Récapitulatif : Fond d’écran motivant, (bullet journal), Scrivener, JotterPad, Noisli, compteur de mot excel

Revoir ses bases d’écriture

Après avoir mis en place ces petites choses, je m’en vais lire plein de trucs sur l’écriture pour pas partir n’importe comment et avoir plein d’idées et d’astuces. On ne s’improvise pas autrice ou auteur, il y a beaucoup à apprendre, et je trouve que c’est une des parts les plus amusantes de l’écriture : apprendre à écrire 😀
Il existe plein de ressources à ce sujet, personnellement j’ai ce tableau pinterest où j’ai reporté plein de trucs, mais il en existe bien sûr beaucoup d’autres et des plus complets, que ce soit en français ou dans une autre langue.
Pour illustrer les idées que je grappille sur internet, voici un test permettant de savoir si vous être en train d’écrire un personnage Mary-Sue* :mrgreen: , un dictionnaire de rimes, ou encore « 10 choses que les écrivains ne savent pas sur les forêts«  pour créer des scènes bien plus réalistes.
A vous de chercher ce qui vous intéresse. Quels sont vos points faibles dans votre manière d’écrire ? Si on vous a déjà fait des critiques, il est l’heure de prendre votre courage à deux mains pour les relire et en tirer un enseignement. Sinon, lisez ou souvenez vous d’ouvrages qui vous ont beaucoup plus, avec un regard décrypteur : qu’est-ce qui vous plaît dans ces œuvres, dans ces styles ? Qu’est-ce qu’il y a dans ces livres que vous n’avez pas et que vous souhaiteriez avoir ?
Relisez quelques passages et enregistrez comment l’auteur ou l’autrice construit son histoire, ses paragraphes, son vocabulaire… son style, quoi 🙂
Petit exercice très efficace : prenez un paragraphe qui vous plaît dans sa structure et faîtes-en une copie avec votre histoire. Changez les mots, mais gardez la façon de faire.

Je vous partage une petite liste non exhaustive de méthodes et d’astuces d’écritures qui vous aideront sans doute :

Récapitulatif : Apprendre à écrire, trouver des ressources, faire des exercices

 

A faire juste avant le nano, donc là allez hop

Avant le nano, je peaufine mon plan de l’histoire et mes recherches sur mon univers, afin d’être prête à faire ce pour quoi le nano est fait : écrire, et juste écrire.

371c10da0b42e35bfffb5c9ea1d14196
Structure narrative classique

Même si ce n’est que dans les grandes lignes, rédiger le plan global de l’histoire est assez utile pour ne pas s’éparpiller et éviter la page blanche. Personnellement, je sais rarement la fin d’une histoire, mais je sais comment elle commence, quelles sont les péripéties principales, sur combien de temps elle se déroule, les grands thèmes que je souhaite aborder, et j’ai quelques pistes de fin : comment faire un plan 1, 2, exemple de plan.
Je crée ensuite mes fiches personnages (exemple 1, exemple 2, masterpost d’exemples et de ressources) et des autres composants de mon univers, puis une boîte à idée, c’est à dire que j’écris toutes les idées qui me passent par la tête, tout ce que je veux voir dans mon histoire, et la même chose pour des scènes.
Si j’ai un conseil à donner à propos des idées, c’est ça : quand vous avez une idée, que ce soit au travail/cours ou un milieu de la nuit, notez-la. Vous allez l’oublier, croyez-moi. Même quand on ne l’oublie pas totalement, le fait de ne pas mettre immédiatement par écrit son idée fait qu’on perd cette frénésie créatrice qui peut nous la faire grandir. Un éclair de génie, c’est quelque chose de précieux, suffisamment pour que vous arrêtiez cinq minutes ce que vous êtes en train de faire pour en profiter 😉

Récapitulatif : Plan, fiche personnage, fiche de lieux et d’univers, boîte à idée

S’organiser et écrire

Ensuite, il faut réfléchir à comment on va le réussir, ce nano (ne partez pas défaitiste 😉 ). Quand vais-je écrire ?
A quelle heure ai-je le plus de motivation ?
Je préfère écrire d’un coup ou écrire peu mais plusieurs fois dans la journée ?
Je préfère écrire ? Dans mon lit ou sur un bureau ? Chez moi ou à la bibliothèque ?
Je préfère écrire seule ou avec d’autres personnes sur skype/irc ?
Il faut réfléchir à tout ça avant de s’y mettre, ça évite bien des faux départs 🙂

tumblr_ncue06kjb11qfxbbeo1_500
Moi par exemple, j’écris un peu en cours et dans les transports, mais surtout en fin de journée. Je vais dans mon lit ou sur mon canapé, je me prépare une boisson chaude et de la nourriture, et j’écris avec skype/irc ouvert pour y trouver de la motivation entre wrimos. A chaque fois que j’ai une petite baisse de régime, je me récompense en mangeant un petit truc, et je me laisse une grosse récompense pour quand j’atteins mon objectif du jour 😀

Grâce à la communauté des wrimos, vous pouvez écrire en vous entraidant via des plateformes comme IRC (lien du tchat nano). Là-bas, vous trouverez des write-in* et des word war*, petits défis qui boostent la motivation !

Je crée aussi en parallèle de l’écriture mon plan des scènes (très utile pour suivre le fil et pas se perdre) (ex 1, ex 2). C’est fastidieux, mais votre vous du futur vous remerciera !

rowling_spreadsheet
Ça c’est le plan de scènes de Rowling, imaginez le temps qu’elle aurait gagné en passant par un tableur :mrgreen:

Récapitulatif : Où/quand/comment écrire, s’entraider via la communauté, plan des scènes

A ne pas oublier :

On peut parfaitement ne pas écrire un jour ou deux (ou plus, mais gare). Ce n’est qu’un défi d’écriture, il ne faut pas se culpabiliser si on est malade ou si on n’y arrive vraiment pas. Le tout c’est d’essayer, et au pire on rattrapera notre retard 🙂
Et puis parfois, c’est dans ces moments difficiles qu’on se trouve une force insoupçonnée :
Lors du dernier campnano, j’ai à peine écrit les premiers jours. Arrivée au dernier, j’avais un retard de… 7000 mots. Au début j’ai paniqué et je me suis dis que c’était mort, qu’il valait mieux abandonner là. Mais une petite voix dans ma tête m’a murmuré : « et si on essayait ? Y’en a qui écrivent 10 000 mots en un jour et je suis sûre qu’ils pensaient en être incapables avant de réussir. Essaie, ça coute rien. »
Je l’ai écouté, et elle avait raison : je pensais en être incapable… avant de réussir 😉

Alors bonne chance à vous, et plein de courage dans cette épreuve masochiste mais au combien gratifiante !

1451681650760


Lexique

Wrimo / nanoteur, nanoteuse : Personne qui participe au nanowrimo
Write-in : Rassemblement de wrimos, dans la vie réelle ou sur internet, pour écrire ensemble
Word war : Défi où plusieurs wrimos doivent écrire le maximum de mots dans un temps impartiMary-Sue / Gary-Tsu : Vous savez, l’héroïne « banale » mais qui attire tout le monde, aux yeux violets, qui réussira là où tout le monde à échoué alors qu’elle est débutante, qui se plaint sans cesse de son physique ingrat alors qu’on ne nous décrit aucun de ses défauts, celle qui fera toutes les erreurs du monde mais sera toujours pardonnée..?
C’est ça une Mary-Sue. Très répandues dans le monde des fanfictions, ces créatures sont néanmoins présentes dans les romans publiés (Bella Swan, Tara Duncan, plusieurs héroïnes de Pierre Bottero frôlent aussi la Mary-Sue)

Publicités

Une réflexion sur “Comment réussir le Nanowrimo ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s